Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier


Gevrey Chambertin Les Cazetiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gevrey Chambertin Les Cazetiers

Message par Patrick Essa le Mer 16 Déc 2009 - 8:44

Gevrey-Chambertin Cazetiers 2003 Dupont-Tisserandot


J'ai toujours beaucoup aimé les Cazetiers car ils ont une énergie sauvage formelle digne des meilleurs crus de Gevrey et de la Côte de Nuits. Moins raffinés que les Clos Saint Jacques, moins austères que les Lavaux et s'exprimant sur une "brutalité" très caractéristique, ils sont assez proches des Rugiens de Pommard et des Santenots du milieu car ils possèdent en eux une énergie rare. Le domaine Dupont-Tisserandot exploite la plus grande parcelle du cru (près de 2 ha) et y produit un vin d'une densité hors du commun depuis quelques années. Je salue ici le travail de Patricia et Didier Chevillon qui ont élevé ce domaine au niveau des meilleurs de la commune.
Ce 2003 est sombre, profond, l'égèrement frangé d'acajou à la périphérie du disque et d'une faible turbidité. Le nez est très pur, porté par une saine volatile et se révèle d'emblée bien mûr avec ses notes de fruits noirs légèrement confits sur une ligne fumée, très racée. La bouche, puissante, compacte ne possède pas le caractère sirupeux de nombreux 2003 et est portée par des tanins abondants, parfaitement polis. L'élevage est discret, on sent que le vinificateur n'a pas forcé la densité de la matière en privillégiant la souplesse et la finesse d'une trame naturellement concentrée. Une longue finale sur des accents giboyeux vient illuminer ce très beau vin destiné à la table qui semble pouvoir bien évoluer sur vingt années au moins. Très bien+. 16/20.



"Notes" sur le Cru:


Certains premiers crus de la côte ont une « aura » de grand cru pour de nombreux dégustateurs et il est parfois assez incompréhensible de constater leur niveau année après année sans pouvoir expliquer le « pourquoi » qui les a éloigné de la plus haute marche du podium au moment de la naissance des AOC dans les années trente.

A Gevrey à cette époque, le Chambertin brille de tous ses feux et de mémoire d’homme il a toujours été le premier avec son frère de sang le Clos de Bèze. Les vignes qui jouxtent ces deux terres sont plus morcelées, un rien moins bien exposées et moins considérées dans l’imaginaire communal, mais il faut dessiner un périmètre de vignes « grand cru » qui puisse satisfaire à la fois les propriétaires récoltants, les fermiers et le puissant négoce de la place ; tout en conservant la puissance de feu d’une commune qui est déjà à la première place de la côte de Nuits en compagnie de sa jumelle Vosne Romanée. En sommes il faut être capable de donner une belle surface de grand cru tout en préservant la notoriété et le sérieux de la commune en montrant que tout ne peut être classé et que surtout ce classement possède une logique. On découpera donc selon les limites joignantes des deux seigneurs précités. Un classement d’école qui – assez loin d’entériner des usages loyaux et constants – laisse sur la touche les meilleurs crus de la Côte Saint Jacques en minorant au moins trois crus de très ancienne notoriété : Le Clos Saint Jacques, la Combe aux moines et les Cazetiers.

Le Comte de Moucheron – châtelain de Meursault – possède alors l’intégralité du Clos Saint Jacques et se montre peu attiré par un classement hiérarchique qui lui paraît superflu du fait de sa position de monopole. A quoi bon classer un Clos qui de toute manière est déjà reconnu comme une tête de cuvée incontournable. Cazetiers, Estournelles et Combe aux Moines plus morcelés ne possèdent pas de vrais défenseurs influents. Les Veroilles appartiennent à M. Joliet et lui non plus ne se montre pas « acharné » pour classer cette merveilleuse entité exposée plein sud. Les instances légales ont semble t’il tranché sans avoir eu à entendre vraiment la « voix de la côte Saint Jacques » et en négligeant de manière fort légère les classements anciens. En effet le docteur Lavalle classe Verroilles, Saint Jacques et Clos Saint Jacques, Estournelles et Castiers (sic) en premières cuvées de finage comme Ruchottes, Grillotte (sic), Charmes haut, Chapelle haute et Mazy haut. Latricières, Mazoyères et toutes les parties basses des crus de la côte chambertin sont reléguées au rang de seconde cuvée…avouons le cette vision là correspond nettement plus à la réalité du terrain et à mon sentiment de dégustateur.

Grand amateur de ce terroir droit et sanguin, si éloigné de la douceur d’une Griotte, de la sensualité d’un Charmes ou des accents terriens du Chambertin, j’aime Cazetiers car il mêle puissance et complexité dans une furia d’arômes sauvages. Un vin fougueux qui ne convient pas aux palais délicats pourrait on dire et qui au fond ne se rapproche dans la côte de Nuits que du « brutal » Richebourg vosnien ou du puissant Vaucrains nuiton.
avatar
Patrick Essa

Messages : 968
Date d'inscription : 03/06/2009
Age : 55
Localisation : Meursault

Voir le profil de l'utilisateur http://www.degustateurs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gevrey Chambertin Les Cazetiers

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Mer 16 Déc 2009 - 9:05

Superbe texte Patrick, merci!

Tu t'es remis à la notation??

Au fait, la "brutalité" des Richebourgs, j'en prendrais tous les jours plein la gueule!!

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7517
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 33
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum