Derniers sujets
Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier


Repas de "La Ligue du vieux poêle"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Repas de "La Ligue du vieux poêle"

Message par Michel Therrien le Ven 20 Déc 2013 - 12:31

Un dîner qui devient une tradition aux Fêtes avec de vieux copains du temps de C&S.
Daniel Gauthier
Natacha Vanasse
Olivier Colin
Pierre Beauregard
Yves Martineau
et moi.

Je reviendrai pour un CR
Voici les vins dégustés hier midi à Tablée Vin.....excellent service et bonne table pour un AVV



...il manque 3 vins....
Spécial Club 2005 de Gimonnet.....oxydatif un peu trop....pas le style habituel
Pessac-Léognan Malartic-Lagravière 2001 blanc......mort!
Volnay 1er cru Mitans 95 de Montille.....malheureusement bouchonné

_________________
WineBoy
La dégustation à l'aveugle est une grande leçon d'humilité.
avatar
Michel Therrien

Messages : 7551
Date d'inscription : 01/06/2009
Age : 54
Localisation : Joliette

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Repas de "La Ligue du vieux poêle"

Message par Pierre Beauregard le Ven 20 Déc 2013 - 14:27

Quel hasard !  What a Face 

Les deux premiers rouges dégustés côte-à-côte, toujours servis à l'aveugle, apportés par deux personnes : Guigal La Turque 1987 et Guigal La Landonne 1987.
avatar
Pierre Beauregard

Messages : 1886
Date d'inscription : 03/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Repas de "La Ligue du vieux poêle"

Message par Ludwig Desjardins le Ven 20 Déc 2013 - 14:45

Comment était le Rayas? J'avais ce vin enligné sur une ouverture prochaine...

Ludwig Desjardins

Messages : 4383
Date d'inscription : 05/06/2009
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Repas de "La Ligue du vieux poêle"

Message par Invité le Ven 20 Déc 2013 - 15:17

J'ai bû le LaTurque 87 et c'est mon coup de coeur de l'année 2013..  Very Happy 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Repas de "La Ligue du vieux poêle"

Message par Pierre Beauregard le Ven 20 Déc 2013 - 15:24

Ludwig Desjardins a écrit:Comment était le Rayas? J'avais ce vin enligné sur une ouverture prochaine...

Excellent.  Un vin qui arrive sur son plateau de maturité et qui le gardera encore certainement pour les 10 prochaines années.  Et quel arôme !


Dernière édition par Pierre Beauregard le Ven 20 Déc 2013 - 19:09, édité 1 fois
avatar
Pierre Beauregard

Messages : 1886
Date d'inscription : 03/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Repas de "La Ligue du vieux poêle"

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Ven 20 Déc 2013 - 18:04

Landonne 87 fait partie de mes surprises de l'année. Un grand vin de 25 ans ... Issu d'un millésime pourri!

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7429
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 32
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Repas de "La Ligue du vieux poêle"

Message par Pierre Beauregard le Ven 20 Déc 2013 - 19:38

Selon IDealWine :  Rhône Nord : 17/20 (ailleurs en France, les notes varient entre 10/20 à 14/20).

Description du millésime 1987

Avec un mois de septembre humide, le petit millésime 1987 a mieux réussi aux vignobles septentrionaux, comme l'Hermitage et la Côte-Rôtie qui se sont révélé riches, concentrés, veloutés et très fruités. En revanche, les blancs sont de qualité moyenne. Au sud, humidité et brouillard du mois de septembre ont compromis la qualité des Châteauneuf-du-Pape qui se révèlent doux et fruités.

Les meilleurs vins en 1987

Hermitage La Chapelle Paul Jaboulet Aîné -  Côte-Rôtie La Mouline E. Guigal -  Côte-Rôtie La Turque E. Guigal -  Cornas -  Hermitage -  Hermitage -  Côte-Rôtie La Landonne E. Guigal -  Côte-Rôtie -

La Landonne et La Turque font donc partie des rares réussites du millésime 1987 dans le Rhône et ceux-ci en ont été la preuve également hier.
avatar
Pierre Beauregard

Messages : 1886
Date d'inscription : 03/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Repas de "La Ligue du vieux poêle"

Message par Yves Martineau le Dim 22 Déc 2013 - 18:45

Quelques notes prises lors de ce diner traditionnel du temps des fêtes....

Domaine Ramonet Chassagne-Montrachet 1er Cru La Boudriotte 2009
Très belle bouche élégante, assez ronde, crayeuse, manque un peu de tension mais fort joli. 90-91 pts

Buisson-Charles Meursault 1er Cru Bouchères 2009
J'ai trouvé qu'il se goute mal en ce moment, plutôt muet, avec de l'élevage. Une bonne matière qui s'exprime mal. À revoir.

E. Guigal Côte-Rôtie La Turque 1987
Superbe nez qui fait très Côte Rôtie, suave, floral, avec même des fraises des champs.
Un vin à la texture aérienne, très harmonieux, je soupçonne une sœur de mon vin! Mouline '87? Un superbe vin fin, à maturité, mais encore impressionnant et savoureux. 92 pts

E. Guigal Côte-Rôtie La Landonne 1987
Un nez un brin animal, avec du sous bois, des olives et des nuances de violettes
La bouche a une dimension incroyable pour le millésime. Une puissance impressionnante, avec la texture d'une élégance incroyable. Superbe vin et un exploit inimaginable dans le contexte. 93 pts

Château Rayas Châteauneuf-du-Pape Reserve 2003
Un nez floral qui crie la Bourgogne, avec des arômes de fraises.
Avec cette très belle texture et ses tanins bien fins, je suis tombé directement dans le piège et cherchais quel producteur en Chambolle!
Superbe vin, fin et harmonieux. Une très belle évolution depuis 2010. 93-94 pts

Domaine Font de Michelle Châteauneuf-du-Pape Cuvée Elégance de Jeanne 2007
Une couleur un brin évoluée, mais brillante.
Le nez est anisé et épicé. Très belle texture élégante, une bouche clairement castelneuvoise, avec une bonne richesse, je cherchais beaucoup et j'ai pensé à un Charvin. J'étais sur un CNP 2004. Bel équilibre, un style traditionnel, alors qu'il fait 16%!  Excellent. 92 pts

Château Pradeaux Bandol 2007
Un vin tannique et structuré, qui nous a fait travailler. J'étais sur un Barolo, mais avec quelques indices j'ai trouvé Bandol. Un vin trop sévère et sec à mon goût, mais il a de la fraicheur et un bon potentiel, pour peu qu'on l'attende de 5 à 10 ans. 89+ pts
avatar
Yves Martineau

Messages : 5145
Date d'inscription : 07/06/2009
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Repas de "La Ligue du vieux poêle"

Message par Olivier Collin le Lun 23 Déc 2013 - 23:51

Un repas entre vieux (copains du temps de C&S) comme le dit si bien Michel, fort agréable et en toute simplicité. Merci pour les offrandes généreuses de chacun et voici un bref compte-rendu... je mets à profil quelques instants de libre après de nombreux mois de travail intense.

Des deux blancs 2009 servis ce midi-là, on peut dire que ce fut le contraste le plus total. Dès l'analyse de la robe, on note la clarté du La Boudriotte de Ramonet avec ses reflets vert argenté peu soutenus, alors que le Bouches-Chères de Buisson Charles avait une robe nettement plus soutenue, dorée et un brin mate.
Le premier exprime au nez un grand raffinement, malgré un élevage mettant en évidence à la fois le millésime chaud que fut 2009 et le caractère séduisant, voire un peu immédiat du cru Boudriotte. Le chic du vin est confirmé en bouche avec un toucher merveilleux toucher de bouche, une certaine retenue pour le millésime, et une bonne longueur.
Le Bouches-Chères a un nez moins facile à apprécier, vineux certes, mais sur des notes de sapinage et de menthe que l'on retrouve rarement à Meursault.Est-il en développement? Faut-il oublier ce vin 5-10 ans pour lui rendre justice? En tout cas je ne reconnais pas le vin que j'avais tant apprécié à sa sortie il y a plus de deux ans. Au palais on apprécie la densité et une tension plus grande que dans le vin précédent, mais la finale un peu dure donne l'impression d'un vin qui travaille encore.

Le duo Turque 1987 et Landonne 1987 a été fascinant à l'aveugle. La première impression me menait sur un vieux Bourgogne (1985?), fait à l'ancienne, sur le premier et vers un Hermitage d'une vingtaine d'années sur le second. A l'aération, l'impression d'usure relative sur La Turque m'a semblé assez claire du point de vue technique, avec une trame tannique qui domine un fruité aujourd'hui en retrait. Mais on boit si rarement de tels vins que j'ai apprécié chaque gorgée et on peut s'émerveiller et se rappeler que 1987 fut d'une très belle qualité dans ce coin de la France. La Landonne était quant à elle dans une forme absolument resplendissante, un nez très complexe laissant encore une belle part aux fruits, aérien en bouche et doté d'une chair très raffinée, la puissance est toute en longueur, un vin d'une grande précision qui est encore fermement sur son plateau. Une joie!

Le Rayas 2003 est une superbe bouteille, qui évite complètement les pièges du millésime et donnera probablement une bouteille d'anthologie. Le vin s'est surtout affiné au palais, alors qu'en jeunesse des tanins affirmés dépassaient un peu plus que sur les millésimes autour de 2003. Le nez est unique, essence de Grenache mûr travaillé pour dompter le côté bonbon du cépage, à la fois raffiné, entêtant, e le mot complexe apparait ici comme un euphémisme. Au palais, outre le plaisir de déguster un vin si équilibré, c'est la puissance aromatique qui commence à s'imposer sur la structure, signe de très grandes choses à venir pour ceux qui seront patients. Une réplique du 1989?

Le vin qui suivait, amené pour faire plaisir au camarade Martineau qui n'est pas sans apprécier l'occasionnelle bombe de fruit castelneuvoise, a tout de même eu de la difficulté à passer derrière le Rayas. Elégance de Jeanne 2007 est issu de vignes centenaires de Grenache sur La Crau et a été produit à hauteur de 2 500 bouteilles en 2007. Tous ont noté son côté bonbon, mais également son surprenant équilibre. Je commence par contre à me demander si l'élevage en cuve mettant en valeur le côté fruité du vin ne lui empêchera pas d'aller chercher le supplément de complexité (les anglais parlent de savoury quality) auquel on s'attend d'une matière aussi noble.

Le Pradeaux 2007 était un petit clin-d'oeil à Pierre avec qui j'avais eu l'an passé une discussion sur l'état qualitatif du domaine. A côté des vins accomplis servis ce midi et, surtout, suivant la bombe de fruit, je voyais bien les amis peiner à trouver ce qui pouvait bien être dans leur verre... Tous ont reconnu le style traditionnel, sans concession pour la dégustation primeur ou même en jeunesse, un vin qu'il faut vraiment juger aujourd'hui sur le potentiel - c'est-à-dire imaginer ce qu'il serait avec un peu plus de complexité au nez, une matière tannique assouplie, etc - mais comme le disait si bien Natacha puis Michel, à table on préfère ceci à la Jeanne qui se veut élégante! Une nouvelle visite dans 10 ans donnera un moment plus mémorable. Et à 37$ c'est une rare aubaine à mon avis, si on ne cherche pas le chic plus ultra en matière de vin.
avatar
Olivier Collin

Messages : 2019
Date d'inscription : 03/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Repas de "La Ligue du vieux poêle"

Message par Michel Therrien le Mar 24 Déc 2013 - 10:27

Merci des excellents CR Yves et Olivier! Cool 

Rapidement,

Un duo de BoBo 2009 pour débuter de mes deux producteurs favoris de leur commune respective. Le premier Chassagne-Montrachet 1er Cru La Boudriotte 2009, Domaine Ramonet à la robe jaune pâle, au nez de pain grillé et de poires avait une bouche ample mais peu épaisse à l'acidité basse et un peu de chaleur en fin de bouche. Le second Meursault 1er Cru Bouche-Chères 2009, Buisson-Charles avait une robe dorée vs teintée, un nez d'agrumes et de verdure et un peu de soufre. La bouche est plus puissante et riche, plutôt droite avec une acidité un peu saillante (comme un 2008), bref, un vin pas en place. Équilibre et nez à revoir et seconde déception sur Bouches-Chères 2009 alors que c'est mon cru préféré. Je continue avec ces deux bouteilles à penser que 2009 sera sous 2008 et surtout 2010.
À noter qu'Olivier en quelques secondes dans le second vin a conclu rapidement Buisson-Charles puis en le mettant en bouche......Bouches-Chères. D'ailleurs, il détecte toujours Buisson-Charles comme Patessa avec de nombreux vins dont a deux reprises une Coulée de Serrant (en carafe).....il sent 2-3 secondes et mentionne une Coulée!

Le duo suivant semble arrangé avec le gars des vues!. Un duo de LaLaLa. Le premier nez me lançait sur de vieux vins bordelais mais la bouche ne suit pas. Je vais donc vers de vieux vins bourguignons des années 80....encore dans le champs. La Turque 1987, Guigal avait une robe rubis pâle et tuilée. Un nez animal et de sous-bois, la bouche est ronde et fondue avec une bonne dose d'amertume au final. Un vin sur son déclin et je suis moins enthousiasme que mes compagnons. Le second est nettement plus en forme. La Landonne 1987, Guigal est un vin au nez de vieux foudres (pourtant les vins sont élevés dans 100% de fûts neufs!) avec des épices chaudes, la bouche est élégante et racée avec fraicheur, tannins fins et belle longueur épicée. J'ai beaucoup aimé. Merci Pierre et Yves.

Peu de notes ensuite....mais j'ai voulu mystifier les gars avec le vin suivant. Sachant que nous arrivions de plus de 2 mois en Bourgogne et que nous étions les porteur de ce vin, tous ont été en Bourgogne soit l'un à Chambolle, l'autre à MSD et un à Volnay sauf encore une fois Olivier qui après quelques secondes me suchote....Rayas! Un vin à la robe rubis pâle sans évolution. Un nez de petits fruits rouges des champs et de fines épices, une bouche fraiche et puissante avec de nombreux tannins fins et une longue finale équilibrée et salivante qui perdure sur un fruité rouge. Une bien belle bouteille que ce Châteauneuf-du-Pape Reserve 2003, Château Rayas

On termine avec un duo offert par Olivier. La première avec un fruité confit et un peu de vapeur chaude à mes conjonctives feluettes (ROH > 15% en général) se montre avec une bouche riche et juteuse, non lourde mais dense et à la finale non chaude et bien équilibrée dans son style. Un vin qui a vu le soleil! Clos des Papes 2003 vs 2007 ai-je soumis. Un vin Châteauneuf-du-Pape Cuvée Elégance de Jeanne 2007, Domaine Font de Michelle qui doit être difficile à prendre à deux. Le prochain vin était moins aromatique mais j'y percevais de l'encre et de l'iode avec un fruité noir. La bouche est charpentée et puissante avec une bonne acidité sans être dépourvue de chaire et une longue finale iodée. Je mise sur un Cahors alors que les autres sont sur une cuvée de mourvèdre.....ça ne peut qu'être Gaussens ou Pradeaux à ce compte. Ce vin Bandol 2007, Château Pradeaux appelle la viande et peut se consommer à deux, tout doucement. Merci Olivier. Pradeaux demeure un incroyable rapport Q/P et un achat avisé pour l'amateur patient.

Merci les gars et on reprend cela l'an prochain.....fort probablement avant aussi!

_________________
WineBoy
La dégustation à l'aveugle est une grande leçon d'humilité.
avatar
Michel Therrien

Messages : 7551
Date d'inscription : 01/06/2009
Age : 54
Localisation : Joliette

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Repas de "La Ligue du vieux poêle"

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum