Derniers sujets
Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier


Dégustation Gaja

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dégustation Gaja

Message par Vincent Messier-Lemoyne le Lun 23 Juil 2012 - 21:56

Lors de notre séjour piémontais, nous avons eu la grande chance de déguster cinq vins de Gaja. Je vous livre ici quelques informations sur les vins ainsi que nos impressions :

Gaia & Rey langhe 2008 : C’est en 1979 qu’Angelo Gaja décide de planter du chardonnay. Il ne fera pas n’importe où : en plein cœur de la commune de Serralunga d’Alba, fief du barolo, qui regardait déjà avec suspicion ce jeune coq de barbaresco qui osait vendre ses vins au même prix que les leurs! Scandale et protestations n’ont pas empêché ce vin d’être plébiscité … et aujourd’hui la majorité des domaines piémontais, incluant ceux de barolo, produisent un blanc issu de chardonnay. Le vin fait ses deux fermentations en barriques (part neuves et part d’un ou deux vins). L’élevage s’échelonne sur 6 à 8 mois. Nez de fruit mûr, de poire chaude, avec une pointe d’ananas, de miel fin et de fumée. La bouche est large et puissante, avec un grain tactile (à la Bâtard-Montrachet). Très belle longueur dotée d’une impression satinée et enveloppante. Vin riche, mais équilibré, puissant et savoureux, à l’élevage discret. Excellent.

Barbaresco DOCG 2008 : Porte étendard du domaine, ce dernier est issu d’un assemblage de plusieurs parcelles de la commune. Il est le seul vin piémontais du domaine à réclamer la DOCG, les autres incorporant une part de barbera dans la l’assemblage, ce que les règles de la DOCG interdisent (bien que ce soit une pratique historique et que plusieurs le fassent en cachette). Le Barbaresco (comme les trois crus, Costa Russi, Sori Tildin et Sori San Lorenzo) est élevé 12 mois en barriques et 12 mois en foudres. Nez fin sur les fruits rouges, les épices et les fleurs fraîches. L’ensemble est primaire, mais détaillé et très pur. La bouche est pleine, mais contenue, bâtie sur la longueur. Beaucoup d’éclat et d’intensité pour ce vin d’une grande jeunesse où le bois est invisible. Magnifique longueur. Excellent, voire davantage.

Conteisa langhe nebbiolo 2007 : Vin de barolo de la commune de La Morra, issu du vignoble de Cerequio. Il ne porte pas l’appellation barolo puisqu’il incorpore 8% de barbera, planté dans le même vignoble (alors, qu’historiquement, les domaines assemblaient des vins de nebbiolo et de barbera une fois les vinifications complétées, afin de donner davantage d’arômes et de couleur à leurs vins. Conteisa signifie chicane en dialecte piémontais, référant au litige entre les communes de Barolo et de La Morra pour le contrôle du vignoble de Cerequio. Le domaine produit également un autre vin dans l’aire d’appellation barolo, appelé Sperss issu de la commune de Serralunga d’Alba. Alors que Sperss est l’archétype du barolo puissant et tannique, Conteisa révèle un côté plus délicat et parfumé, qui le rapproche de l’esprit des barbaresco. Conteisa (comme Sperss) est élevé 12 mois en barriques et 18 mois en foudres avant la mise. Nez plus sauvage, plus noir, sur des notes de goudron, d’encens, de viande grillée et d’encre de chine, sur fond de fruit noirs frais. La bouche est costaude, avec beaucoup de fond, mais se livre de manière plus virile, avec une structure appuyée. Grande longueur, bon équilibre entre chair et structure, malgré une relative austérité. Encore une fois, un éclat et une pureté dignes de mention. Assurément superbe une fois à maturité.

Barbaresco DOCG 1997 : Nez qui montre une belle évolution, sur des notes de rose fanée, de mousseron, de terre brune, d’encens et de prune fraîche. La bouche est vigoureuse, bien tendue et d’excellente fraîcheur. La finale est longue, on y perçoit encore les tanins qui structurent l’ensemble. J’y remarque, et je le note car c’est le seul vin pour lequel j’en ai senti, un soupçon d’élevage en finale. Très bien, voire plus.

Darmagi langhe 1989 : Vin élaboré à partir de cabernet sauvignon, son nom vient d’une exclamation prononcée par le père d’Angelo Gaja lorsqu’il passait devant la parcelle. Cette exclamation, en dialecte piémontais, signifie "quel dommage!" … son fils ayant arraché des pieds de nebbiolo en plein cœur du vignoble de barbaresco pour y planter du cabernet sauvignon afin de montrer au monde le potentiel des terroirs des langhe pour ce qui était alors l’étalon or des grands cépages. À l’aveugle, j’aurai été sur un pomerol d’une quinzaine d’années. On y trouve des notes de truffe, de terre noire, de prune, agrémenté de relents de havane et de chocolat au lait. La bouche est fondue, mais ample, dotée d’une magnifique texture. La suavité de l’ensemble ne nuit pas à la superbe tenue du vin qui dévoile une longue finale montrant encore des réserves grâce à un souffle étonnant. Ensemble abouti, patiné, mais encore vigoureux. Un vrai régal. Superbe.


Dernière édition par Vincent Messier-Lemoyne le Mer 25 Juil 2012 - 13:54, édité 1 fois

_________________
"Mes goûts sont simples, je me contente aisément de ce qu'il y a de meilleur" - Winston Churchill
avatar
Vincent Messier-Lemoyne

Messages : 7382
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 32
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dégustation Gaja

Message par Michel Therrien le Mer 25 Juil 2012 - 9:52

Vincent Messier-Lemoyne a écrit:puissant et savoureux, à l’élevage discret. Excellent.

Barbaresco DOCG 2008 : Porte étendard du domaine, ce dernier est issu d’un assemblage de plusieurs parcelles de la commune. Il est le seul vin piémontais du domaine à réclamer la DOCG, les autres incorporant une part de barbaresco dans la l’assemblage, ce que les règles de la DOCG interdisent (bien que ce soit une pratique historique et que plusieurs le fassent en cachette). Le Barbaresco (comme les trois crus, Costa Russi, Sori Tildin et Sori San Lorenzo) est élevé 12 mois en barriques et 12 mois en foudres. Nez fin sur les fruits rouges, les épices et les fleurs fraîches. L’ensemble est primaire, mais détaillé et très pur. La bouche est pleine, mais contenue, bâtie sur la longueur. Beaucoup d’éclat et d’intensité pour ce vin d’une grande jeunesse où le bois est invisible. Magnifique longueur. Excellent, voire davantage.


Une coquille! Barbera......"corrige l'acidité" selon lui.

Merci pour le CR de ces vins dégustés..........couple princier!

_________________
WineBoy
La dégustation à l'aveugle est une grande leçon d'humilité.
avatar
Michel Therrien

Messages : 7502
Date d'inscription : 01/06/2009
Age : 53
Localisation : Joliette

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum